SUBJECTIVE SCIENCE

Initiée à Gênes, cette recherche s’intéresse aux discours scientifiques portant sur les questions de genre. La première partie s’inspire de l’encyclopédie du Dr Magnus Hirschfeld, et se veut un inventaire des organismes marins développant des conduites alternatives, tant au niveau du dimorphisme sexuel, qu’au niveau comportemental.
La deuxième partie explore les organes humains sexués, tels que les organes génitaux, les glandes hormonales et le cerveau, et décortique les discours scientifiques expliquant les différences entre masculin et féminin.

 

10/2014

vue du display pour l'exposition Neue Generation à Viège

09/2013

croquis du système de reproduction des hydres

10/2013

tests papiers calque et carte à gratter

10/2013

tests sur papier calque

10/2013

anecdotes

A leur naissance, tous les poissons clowns sont mâles. C’est lors de leur croissance que le sexe change, les plus gros poissons devenant femelles.

Les poissons clowns sont organisés de manière hiérarchique. Au haut de la pyramide se trouve la femelle la plus volumineuse, suit le mâle plus volumineux, puis celui juste après et ainsi de suite.

Quand la femelle dominante meurt, c’est le mâle le plus volumineux qui change de sexe pour devenir femelle et qui prend sa place.

Le mâle surveille et ventile les œufs jusqu’à leur éclosion. Pendant ce temps la femelle s’occupe principalement de se nourrir, mais peut parfois aider le mâle.
 

Chez un poisson, le Pterapogon kauderni, c’est le mâle qui pratique l’incubation buccale, et ainsi garde les œufs ainsi que les petits dans sa bouche. Il les recrache dès qu’ils atteignent 8mm à portée d’un oursin diadème, qui leur assurera une protection contre les prédateurs.
 

L’huitre creuse peut changer de sexe chaque année, alors que l’huitre plate peut changer de sexe plusieurs fois par année.


Le mérou brun naît femelle, et devient mâle autour de sa dixième ou onzième année d’existence.


Les femelles hippocampes pondent leur œufs dans la poche ventrale du mâle, qui les féconde, et les porte jusqu’à leur terme.


Chez les punaises d’eau géante c’est le mâle qui porte les œufs sur son dos. Pendant longtemps les scientifiques ont pensé qu’il s’agissait des femelles, selon eux normalement dédiée à s’occuper de la progéniture.


La hyène tachetée possède un clitoris parfois aussi long que le pénis du mâle.


Le mâle des chauve-souris frugivore possède des glandes qui produisent du lait.


Seize pour-cents des mouette à tête noire entretiennent une relation homosexuelle.


Chez les bécasseaux tachetés les mâles s’occupent de leur progéniture même sans qu’il y ait de paternité biologique (ce qui arrive relativement fréquemment).


Les femelles ouistitis dominantes empêchent, par la sécrétion d’une hormone spécifique, les autres femelles d’ovuler et de se reproduire.


Chez les bonobos tous les individus adoptent des comportements hétéro et homo sexuels.


Certaines oies cendrées s’accouplent toute leur vie avec des individus du même sexe.


Chez les saumons Coho, les femelles préfèrent généralement  s’accoupler avec les mâles les plus petits.


Les femelles hippocampes se battent pour les mâles, et les mâles choisissent.


La femelle des geais des pinèdes est plus agressive que le mâles et se bat pour le territoire.

02/2014

dessin sur film plastique de construction pour l'exposition à Gênes (élément repris pour Building Hierarchies)

11/2013

vue du display pour les portes ouvertes de la résidence

10/2013 - 05/2014

dessins sur carte à gratter

Subjective Science

Building / Hierarchies

Les moustaches ne poussent pas dans les champs

Altérer le naturel

© 2020 by MAËLLE CORNUT